Focus naturo sur la grossesse : Comment soulager les désagréments prénataux ?

La grossesse est une période tout à fait particulière dans la vie d’une femme. Elle apporte de nombreux changements, voire des bouleversements, tant sur le plan physique qu’émotionnel, et comporte parfois son lot de tracas et désagréments bien connus des futures mamans. Nous pouvons notamment citer les nausées et vomissements fréquents surtout aux premier et dernier trimestres, les soucis de transit ou encore les problèmes circulatoires. Nous vous proposons ici quelques conseils pour vous aider à soulager ces maux, et attendre bébé le plus sereinement possible.

Comment faire pour soulager les maux inhérents à la grossesse ?

  Quelques pistes pour soulager les nausées et vomissements :

  • Vous pouvez consommer du gingembre en tisane, en laissant infuser 10 min un petit cube de rhizome frais dans une tasse 2 à 3 fois par jour. Le gingembre a démontré ses bienfaits sur les troubles gastriques. Si vous n’appréciez pas le gingembre, vous pouvez opter pour des tisanes de mélisse, passiflore, cardamome.
  • Préparez-vous des jus de pomme de terre crue à l’aide d’une centrifugeuse, également très efficaces pour lutter contre les nausées.
  • Il est très important par ailleurs de bien penser à fractionner vos repas pour ne pas surcharger votre estomac et ainsi faciliter la digestion.
  • Pour les remontées acides, vous pouvez prendre un complexe anti-acide en pharmacie compatible avec la grossesse, vous pouvez aussi faire une cure d’algue lithothamne (vous conformer aux doses recommandées par le fabricant) ou une cure d’argile verte.
  • Une prise de complément en vitamine B6 semble donner de bons résultats sur les nausées.
  • La limonade et autres sodas seraient idéalement à supprimer de votre alimentation pendant cette période.

Pour améliorer votre transit :

Le transit se trouve souvent fortement ralenti pendant la grossesse, et ce en raison de modifications hormonales, d’une baisse d’activité physique qui contribue à la paresse des intestins et d’une compression de ces derniers par l’utérus à mesure que celui-ci augmente en volume.

Pour solutionner les problèmes de constipation, vous pouvez :

  • Faire une cure d’artichaut, fumeterre et radis noir.
  • Consommer du psyllium et des graines de lin, des légumes lacto-fermentés et des boissons fermentées type kéfir.
  • Prendre des probiotiques/prébiotiques pour votre flore intestinale.

Pour améliorer votre circulation sanguine :

Les troubles circulatoires sont rencontrés par de nombreuses femmes enceintes, voici quelques suggestions pour tonifier votre circulation sanguine et retrouver votre légèreté !

  • En phytothérapie, lavigne rouge est véritablement votre alliée. Vous pouvez préparer des décoctions (1 c. à c. de chaque pour 75 cl d’eau à faire bouillir 15 min) que vous dégusterez dans la journée en cure de 3 semaines à renouveler si nécessaire. 
  • Vous pouvez par ailleurs augmenter dans cette optique vos apports en ail, gingembre frais et romarin. Vous pouvez consommer ce dernier en tisane également.
  • Surélevez vos jambes en position allongée tous les jours, en faisant des massages en partant des chevilles jusqu’à vos cuisses.
  • Faites des bains tièdes ou encore des douches écossaises en alternant eau chaude et froide sur vos jambes pour dilater puis faire se rétracter vos vaisseaux sanguins et ainsi stimuler leur tonicité.

Quelques conseils subsidiaires…

Pour combattre les désagréments de la grossesse et vivre pleinement cette période, nous vous recommandons vivement de vous aménager des temps de relâchement et de détente, car c’est réellement capital. Plusieurs méthodes de relaxation existent et s’avèrent très efficaces. Il peut s’agir par exemple de la sophrologie, la méditation, la réflexologie, les massages, etc. Des séances peuvent être programmées en cabinet et institut, à domicile ou même à distance si vous ne souhaitez pas ou êtes dans l’impossibilité de vous déplacer.

Enfin, pour votre santé, faites particulièrement attention à votre environnement en évitant au maximum toute source de pollution, notamment électromagnétique en coupant votre WI-FI la nuit par exemple, et chimique en utilisant des produits ménagers d’origine végétale (citron, vinaigre…).

Focus naturo sur la grossesse : se détoxifier avant de se revitaliser pour accueillir bébé

Quelques mois avant la grossesse, idéalement six, il est recommandé de détoxifier* l’organisme afin d’augmenter la fertilité et surtout de préparer un environnement le plus sain et le plus vivant possible pour le développement d’une petite graine ! La première démarche à entreprendre consiste naturellement à faire un bilan de l’hygiène de vie de la future maman et de voir quels sont les éléments incompatibles avec une grossesse et de bien évidemment modifier les habitudes en conséquence. En parallèle, pour assainir l’organisme il va falloir remettre en circulation les toxines accumulées, cellules endommagées, mauvaises graisses dans l’objectif de forcer le corps à les éliminer et de cette manière nettoyer le terrain.

Quelles sont les étapes pour bien préparer une grossesse ?

  • L’aspect mental est tout d’abord très important. Si vous vous sentez surchargée, épuisée mentalement, très stressée, tendue, nous vous recommandons de mettre en place des techniques de gestion du stress, de faire des séances de relaxation, de sophrologie, d’acupuncture, d’ostéopathie notamment, et de pratiquer une activité physique régulière.
  • Pour une recharge d’énergie optimale, vous devez dormir suffisamment, vous aménager en alternance des temps actifs et des temps plus calmes dans votre journée. Vous devez vous aérer régulièrement, être en contact avec les éléments naturels, en vous baladant au bord de la mer ou en forêt par exemple.
  • Ensuite, on pourra mettre en place des journées de jeûne régulières, ou du jeûne intermittent sur des demi-journées, des monodiètes ou encore diminuer les quantités de nourriture pour que l’organisme soit obligé de puiser dans ses réserves et éliminer ainsi ce qui est mauvais. Le choix de la technique se fait en fonction de ce qui vous convient le mieux.
  • Enfin on ouvre les différents émonctoires pour éliminer : l’axe foie/intestin (détox foie possible en adaptant l’alimentation, en prenant des compléments tels le desmodium, le radis noir, le romarin, etc.) ; On fait en sorte de bien transpirer pour évacuer par la peau ; On draine les reins en buvant suffisamment ; On favorise une bonne respiration pour éliminer par les poumons.
  • Au préalable d’une grossesse on va également être attentifs aux troubles de la sphère urogénitale en traitant les soucis d’éventuelles mycoses, candidoses et autres infections urinaires à répétition et déséquilibre du microbiote.

Une fois que vous aurez détoxifié votre corps, il faudra ensuite le revitaliser dans un second temps, idéalement en démarrant 1 à 3 mois avant de tomber enceinte. Cela dit il n’est jamais trop tard pour bien faire, la revitalisation est possible aussi à tous les stades de la grossesse. Pour prendre connaissance de nos recommandations à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article par ici.

*Attention, les étapes de détox sont à mettre en place avant la grossesse et absolument pas pendant. En effet celle-ci est prohibée pendant cette période car les toxines remises en circulation dans le corps pourraient passer jusqu’au bébé par le placenta et c’est précisément ce que l’on ne souhaite pas.

Focus naturo sur la grossesse !

Nous vous proposons une série de quelques articles relatifs à une période tout à fait spéciale dans la vie d’une femme : la grossesse ! Comment se préparer pour avoir un terrain le plus fertile possible, être au meilleur de sa forme, éviter les carences et soulager les maux et désagréments inhérents à cet état physiologique temporaire ? La solution réside en grande partie dans les choix alimentaires que nous faisons et c’est de cela que nous avons choisi de traiter dans ce premier volet. La qualité de l’alimentation est fondamentale pour la future maman mais aussi, bien évidemment, pour son enfant à naitre. Une alimentation adéquate permet à l’organisme de se revitaliser et d’offrir un terrain idéal, le plus vivant possible, pour le développement d’un bébé en pleine santé et éviter les carences inhérentes à ce nouvel état physiologique.

Mais comment se revitaliser ?

  • Privilégiez tout d’abord une alimentation hypotoxique : choisissez des aliments non transformés le plus possible, bio au maximum, de saison, sans pesticides et autres fongicides, produits idéalement localement et sur lesquels vous puissiez avoir une visibilité sur la chaîne de production.
  • Essayez de consommer une alimentation riche, variée, d’origine végétale pour ⅘  environ de vos apports quotidien et ⅕ d’aliments d’origine animale de manière à couvrir tous vos besoins en protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et oligo-éléments et surtout en micronutriments essentiels pendant la grossesse, notamment le fer, l’iode, le magnésium, la vitamines D et B9, les omégas 3, etc. L’objectif étant de maximiser votre capital minéral en consommant des produits riches en minéraux pour vous et votre fœtus et de maximiser d’autre part votre capital bactérien pour optimiser l’immunité de votre bébé. N’hésitez pas à mettre de la couleur dans votre assiette !  Consommez vos végétaux crus majoritairement (en apportant bien sûr un soin tout particulier au nettoyage de ces derniers) et privilégiez les modes de cuisson doux, à la vapeur par exemple.
  • Diversifiez les sources de protéines que vous ingérez, en consommant des viandes, des poissons, des œufs, des produits laitiers (Attention ! Pas de fromages au lait cru, ni croûte de fromage), ainsi que des céréales, des légumineuses, des graines oléagineuses, des algues et des champignons.
  • Augmentez la part de calcium en consommant des produits laitiers, des légumes secs, là encore des fruits et légumes et en buvant des eaux riches en minéraux.
  • Privilégiez les aliments riches en oméga 3 tels les maquereaux, sardines, harengs etc., et les huiles végétales de première pression à froid comme celles de colza et de lin. Une cure d’oméga 3 et DHA EPA est possible sauf pendant le 9ème mois.
  • Profitez de l’extraordinaire richesse des super-aliments en vitamines, minéraux, antioxydants : spiruline, gelée royale ou encore pollen par exemple.
  • A contrario il faut essayer de limiter les aliments qui sont trop riches en amidon, les céréales riches en gluten, les viandes rouges, qui sont difficiles à digérer et de ce fait grands consommateurs d’énergie.
  • Supprimer ou diminuez le plus possible les excitants tels le café, le thé et le chocolat car ils nécessitent une dépense d’énergie importante de la part votre organisme pour être dégradés par votre foie. Vous pouvez les remplacer par des tisanes qui seront, quant à elles, pourvoyeuses de vitamines et minéraux.
  • Evitez l’association des féculents avec les protéines animales. Mariez plutôt les viandes et poissons avec des légumes, et les céréales avec des légumineuses.
  • Prenez le temps de déguster et de savourer vos aliments. Ne vous forcez pas si vous n’avez pas d’appétit et pensez à fractionner vos repas au cours de la journée pour minimiser le risque de troubles gastriques.
  • Si nécessaire, vous pouvez envisager un complément en magnésium en buvant de l’eau de quinton ou en prenant de la poudre d’huitre P.O.P.

Si vous avez un projet bébé et n’êtes pas encore enceinte, vous auriez tout intérêt à mettre en place des actions détoxifiantes pour ensuite vous revitaliser dans un second temps grâce aux conseils dispensés dans cet article. Idéalement 6 mois avant la conception. Cela permettra à votre corps de se débarrasser des toxines en les obligeant à circuler pour ensuite les éliminer et ainsi assainir votre terrain avant d’entamer la revitalisation.

Si vous accueillez déjà un petit pensionnaire dans votre ventre, il n’est pas trop tard pour bien faire en appliquant ces recommandations, mais pas de détox pour vous, ce n’est pas le moment opportun 😉

Comment gérer son stress à l’aide de la naturopathie (plantes)?

Une légère dose de stress est un bon moteur pour se dépasser. Le souci est qu’il peut parfois prendre le dessus sur nous et perturber nos comportements, nos émotions, et la perception que nous avons de la réalité. Le stress induit par les situations du quotidien, nos rythmes de vie effreinés et peu à l’écoute de nos besoins, peut s’accumuler et, si nous ne mettons pas en place des actions permettant de le neutraliser, faire le lit de nombres de troubles, dysfonctionnements et maladies. Pour vous permettre une meilleure gestion du stress, nous vous suggérons dans cet article quelques précieux outils d’aromathérapie, phytothérapie et autres méthodes.

Tout d’abord, face à une situation stressante, il faut tenter de ne pas laisser notre cerveau reptilien prendre le contrôle;) Concrètement on prend du recul sur ladite situation ainsi que sur nos émotions et on se force à réfléchir pour appréhender les choses avec plus de clarté et de sérénité. On inspire profondément 5 secondes et on expire sur 5 seconde en vidant ses poumons, soit 6 respirations par minute et on poursuit l’exercice 5 minutes. On s’aère dès que possible et on laisse vagabonder notre esprit vers des horizons plus plaisants. En parallèle, on aura pris le soin d’avoir à porter de main  une des huiles essentielles suivantes qui seront d’un grand secours.

  • L’huile essentielle de petit grain bigarade (Citrus Aurantium)

L’huile essentielle de petit grain bigarade est une formidable rééquilibrante nerveuse. Vous pouvez appliquer 1 ou 2  gouttes pure-s sur vos poignets ou pli du coude. Vous pouvez également en mettre quelques gouttes sur un mouchoir que vous respirez chaque fois que vous en ressentez le besoin.

Le petit grain bigarade ne présente pas de contre-indication aux doses physiologiques mais on évitera son utilisation par précaution chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants de moins de 3 ans.

  • L’huile essentielle de romarin à cinéole (Rosmarinus Officinalis Cineoliferum)

L’huile essentielle de romarin à cinéole est rééquilibrante du système nerveux et positivante. On l’appliquera diluée dans de l’huile végétale (par exemple l’huile d’olive) à raison d’1 goutte d’HE pour 15 gouttes d’huile végétale, sur la face interne des poignets.

L’HE de romarin à cinéole est contre-indiquée chez les femmes enceinte, les femmes allaitantes, les enfants de moins de 6 ans et les personnes asthmatiques.

  • L’huile essentielle de camomille noble ou romaine (Chamaemelum Nobile)

L’huile essentielle de camomille noble a des propriétés calmante et apaisante du système nerveux central. Elle sera parfaitement indiquée pour la gestion du stress. On peut là encore en appliquer 1 goutte pure sur la face interne des poignets ou la diluer à raison d’1 goutte pour 15 gouttes d’huile végétale et masser le long de la colonne vertébrale.

L’HE de camomille noble est très sécuritaire et convient pour tout public (sauf 1er trimestre grossesse).

Dans la journée et en soirée on pourra profiter des bienfaits de la phytothérapie et notamment de l’aubépine. En effet, utilisée en infusion, l’aubépine* va réguler le système nerveux et ainsi calmer la nervosité associée notamment à des palpitations cardiaques ou sensation d’opression thoracique. Elle sera souveraine pour la personne hyperactive, stressée et surmenée et viendra aussi apaiser les enfants sujets à l’agitation et l’hyperactivité nerveuse. Elle sera volontiers associée à l’inflorescence de tilleul efficace sur toutes les nervosités et anxiétés. La passiflore pourra aussi se marier parfaitement avec l’une ou l’autre des plantes proposées précédemment, pour son action sédative, calmante, anxiolytique et décontractante en cas de tensions musculaires induites par le stress.

Le matin, sur l’heure du déjeuner ou encore le soir, bref, quand cela vous convient le mieux, pratiquez une activité physique quotidienne qui vous permette de vous aérer et/ou de sécréter des endorphines. Cela est tout à fait indispensable pour votre équilibre.

En soirée, consacrez quelques instants à vous étirer pour libérer les tensions accumulées et ainsi vous détendre.

Par ailleurs, accordez-vous quotidiennement un moment de plaisir et de détente, que ce soit de la lecture, du jardinage, du dessin, etc., cela est de la même manière non négociable ! La sophrologie est par ailleurs très efficace pour évacuer le stress et propose des protocoles adaptés et personnalisés.

Ayez autant que possible une alimentation composée de produits frais, fruits et légumes, bio ou sans résidus de pesticides. Evitez les produits raffinés et ultra-transformés. Mettez à l’honneur dans vos assiettes les aliments riches en antioxydants, en oméga 3.

Enfin, pour attaquer la journée dans les meilleures conditions, les plantes dites adaptogènes, apportent un effet bénéfique car elles augmentent la capacité de résistance au stress afin de ne pas passer en phase de débordement (irritabilité, agressivité, panique, etc.). Elles sont par ailleurs stimulantes, mais non excitantes, et permettent de ce fait de faire le plein d’énergie le matin, évitant ainsi les coups de fatigues dans la journée sans favoriser les insomnies. Il peut s’agir par exemple du Ginseng**, de l’Eleuthérocoque** ou encore du rhodiola***. Ces plantes sont disponibles en parapharmacies et magasins bio. Pour la posologie, réferrez-vous aux préconisations du fabricant.

*Pour les personnes prenant un traitement pour le cœur, la consommation d’aubépine se fera en accord avec le médecin.

** Contre-indiquée aux personnes présentant de l’hypertension ou des problèmes cardiaques, aux femmes enceintes, à celles qui allaitent et aux enfants de moins de 12 ans. Le ginseng est en outre déconseillé aux personnes ayant souffert ou risquant de développer un cancer hormonodépendant.

***Le rhodiola est déconseillée aux femmes enceintes et à celles qui allaitent, aux personnes souffrant d’une maladie rénale ou de cirrhose.

Comment trouver le sommeil rapidement grâce aux huiles essentielles ?

Avant toute chose, lorsque vous souffrez d’insomnies ou de difficultés d’endormissement, il est important d’essayer d’en identifier la cause et de mettre en pratique ces quelques conseils de bon sens afin de favoriser un sommeil apaisé et réparateur :

  • Bien s’oxygéner en journée.
  • Essayer d’avoir un ryhtme de vie régulier.
  • Mettez en place un rituel du coucher.
  • Quand le sommeil vient, se coucher sans attendre.
  • Bannir la consultation d’écrans dans les 2 heures qui précèdent le coucher.
  • Mangez léger le soir.
  • Eviter les aliments à index glycémique élevé.
  • Ne buvez pas trop avant le coucher afin de ne pas être réveillé-e par des envies d’uriner.
  • Eteignez votre téléphone portable, débranchez le wifi pour vous préserver de la pollution électromagnétique.

En ce qui concerne les huiles essentielles, elles peuvent apporter un réel bénéfice. Nous avons choisi de vous en présenter 3 qui vous aideront à améliorer la qualité de votre sommeil.

La mandarine zest (Citrus reticulata)

 Cette huile est un véritable somnifère naturel! Elle possède des propriétés sédative, calmante et relaxante. Elle a une action inhibitrice de la recapture de la sérotonine, ce qui veut dire qu’elle a un effet anti-dépresseur. Elle est parfaite diluée avec de l’huile végétale de millepertuis*. On l’utilisera à raison de 1 goutte pour 10 gouttes d’huile végétale, et on massera le plexus solaire (zone située entre le nombril et le bas de la cage thoracique) avec des mouvements circulaires. Vous pouvez aussi appliquer une goutte pure sur vos poignets et sentir ces derniers en inspirant profondément juste avant de vous coucher.

Attention : cette huile est photosensibilisante, donc on ne l’utilise pas avant une exposition au soleil. Cette huile n’a pas de contre-indication lorsqu’elle est utilisée aux doses physiologiques, mais on évitera tout de même par précaution chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants de moins de 3 ans.

 

La lavande vraie (Lavandula Angustifolia, Lavandula Officinalis ou Lavandula vera)

La lavande est parfaite pour préparer au sommeil, elle est une sédative légère et elle est également calmante et décontractante. On pourra l’utiliser de la même manière que l’huile essentielle de mandarine zest, à savoir 1 goutte d’huile essentielle pour 10 gouttes d’huile végétale que l’on appliquera en massage circulaire sur le plexus solaire. On peut également choisir de profiter des bienfaits de la lavande vraie en diffusion, et dans ce cas on verse quelques gouttes dans le diffuseur que l’on installe dans la pièce où nous nous trouvons dans l’heure qui précède le coucher (chambre à coucher, pièce de vie).

Pas de contre-indication pour la lavande vraie. Tout public. (hormis 1er trimestre de grossesse).

 

L’orange douce (Citrus Sinensis)

L’orange douce est un excellent préparateur au sommeil, elle est également, comme les 2 précédentes huiles, calmante et sédative. Elle est toute indiquée notamment pour les enfants lorsqu’ils rencontrent des difficultés d’endormissement **. On utilisera là encore 1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’HV en massage circulaire sur l’abdomen. On pourra choisir aussi de l’utiliser en diffusion.

Attention : l’huile essentielle d’orange douce, comme toutes les huiles d’agrumes, est photosensibilisante, donc pas d’exposition dans les 12h suivant son application. On évite chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants avant 3 ans.

*L’huile végétale de millepertuis est photosensibilisante. On couvre la partie du corps traitée, et on privilégie son utilisation le soir. Par mesure de précaution, le millepertuis est déconseillé aux personnes prenant un contraceptif oral.

 

**Les dilutions des HE dans les huiles végétales sont plus importantes pour les enfants.

  • Entre 3 et 6 ans, 1% d’HE soit 1 goutte d’huille essentielle pour 99 gouttes d’huile végétale.
  • A partir de 6 ans on passe à 3% soit 3 gouttes pour 97 gouttes d’huile végétale.

 

Enfin, si les troubles de sommeil persistent, il ne faut pas hésiter à consulter votre médecin

« kit de survie » féminin pour les périodes d’indisposition

Petit « kit de survie » féminin 🙂

 Pour vous aider Mesdemoiselles, Mesdames à traverser le mieux possible les périodes d’indisposition, les désagréments et maux qui les accompagnent, nous vous suggérons un petit « kit de survie » composé de peu d’éléments, simple et efficace 😉

 

L’ Achillée Millefeuille :

 

L ‘Achillée Mille-feuille possède des propriétés antispasmodiques et emménagogues. Elle va de ce fait permettre de limiter les douleurs et stimuler le flux sanguin dans la région pelvienne et utérine. Elle est aussi un excellent hémostatique, et va de ce fait aider à maîtriser les flux trop abondants.

Vous pouvez la consommer en tisane à raison de 2 ou 3 tasses par jour, durant les 3 jours précédents l’arrivée des règles et également pendant celles-ci.

 

Les huiles essentielles :

 

L’huile essentielle de camomille noble, puissant antispasmodique, va soulager les douleurs de manière très efficace. Associée à de l’huile essentielle de lavande vraie, également antispasmodique mais aussi calmante et relaxante, le confort sera très vite retrouvé.

Vous pouvez verser un peu de macérât huileux de millepertuis (dans l’idéal, ou une autre huile végétale de votre choix), et y ajouter 1 goutte de chaque HE. Vous masserez ensuite le bas ventre en décrivant des cercles. Vous pouvez appliquer cette synergie jusque 3 fois par jour.

Ces huiles ont l’avantage de ne présenter aucune contre-indication. Si ce n’est le macérât huileux de millepertuis incompatible avec une exposition au soleil, voilà tout.

 

La bouillotte :

 

S’il y a bien un remède on ne peut plus naturel et qui fonctionne, c’est bien celui-ci ! La chaleur appliquée sur les muscles va provoquer leurs décontraction et faire ainsi taire les douleurs.

Conseils préventifs contre le COVID-19 #Naturopathie#

Suivre avant tout les recommandations des experts sanitaires pour se protéger : distanciation sociale, lavage appliqué et fréquent des mains, confinement, etc.

Psychologie :

  • Tenter autant que possible de ne pas stresser, angoisser, s’inquiéter outre mesure : le psychisme impacte directement notre organisme et la capacité de notre système immunitaire à faire face aux agressions. La situation étant d’elle-même anxiogène, vous avez tout intérêt à couper avec les médias à « sensation » et autres réseaux sociaux notamment, qui n’ont pour effet que nous plonger (voir enfoncer) dans la négativité et le fatalisme.
  • Profiter pour méditer sur les raisons qui nous ont précipitées vers cette situation dramatique, telles : l’urbanisation outrance, la dégradation et la destruction de l’habitat de la faune sauvage, l’agriculture intensive de masse, et surtout réfléchir au rôle que nous avons à tenir sur cette planète.

Nutrition :

  • Les aliments à privilégier : Miel, Ail, Citron, Curcuma (en association avec du poivre), Gingembre, Kiwi, Agrumes, légumes de saison et petits poissons gras ainsi que les huiles d’olive, de lin et de colza sont vos alliés pour stimuler vos défenses.
  • les super aliments : acérola, camu-camu (super riche en vit C), spiruline, moringa, baies de goji, graines de chia, etc.
  • Faire le plein de vitamine D en consommant là encore des petits poissons gras, de l’huile de foie de morue, du chocolat, du lait ou des champignons. En période de confinement, une supplémentation est judicieuse.

Aromathérapie :

  • En diffusion : Huile essentielle de lavande vraie, d’orange douce ou de mandarine zest pour vous relaxer et faciliter l’endormissement. Pour assainir l’air ambiant, combiner l’HE de citron jaune zest et ravintsara (remplacer cette dernière par le l’HE de bois de rose ou de hô en cas d’asthme).

Pour traiter des symptômes viraux AVEC ACCORD DE VOTRE MEDECIN : 

  • HE Ravintsara (ou bois de rose/hô) diluée à 15% dans de l’huile d’olive, avec 5% d’HE de Lavande vraie ; ou si +6 ans Thym à tujanol en remplacement du ravintsara, ou encore Eucalyptus smiithi ayant une action puissante sur les voies respiratoires.

Eviter absolument les HE aux propriétés anti-inflammoires telles la Gaulthérie, le Laurier noble, l’Eucalyptus citronné, le Thym saturéoïde, le gingembre, la camomille romaine par exemple (liste non exhaustive).

Activité physique :

  • Faire des exercices de stretching, de yoga, de bodyworkout en famille et éventuellement de HIIT & Tabata pour les plus sportifs. Il existe d’innombrables vidéos sur le web ! Pensez aussi à la relaxation : sophrologie, massage, etc.

Acitivité Culturelle

  • Renouez avec l’art de cuisiner, de jardiner (pour ceux qui le peuvent), de lire et de vous ouvrir à de nouveaux savoirs.

Soyez curieux de nouvelles activités manuelles!

Télécharger cet article au format pdf Conseils feuillesdesoins.fr contre le COVID19

Soulager les agressions par le froid grâce aux huiles

L’hiver s’est installé dans nos contrées, et notre peau, régulièrement en contact direct avec les éléments, peut parfois être fragilisée, asséchée, abîmée. Il existe des remèdes simples et naturels pour tenter d’aider notre épiderme à retrouver son équilibre, son élasticité et sa tonicité et ainsi traverser la saison froide sans rencontrer trop d’encombres. L’association d’huiles végétales et d’huiles essentielles est tout à fait indiquée pour cela.

 

Que faire pour les cheveux secs et cassants ?

 

En premier lieu, il faut bannir tous les shampooings à base de sulfates, espacer les lavages et les séchages à haute température. Il faut également dans l’idéal les laisser détachés autant que possible pour oxygéner votre cuire chevelu.

 

Pour nourrir les cheveux secs, on peut appliquer de l’huile de coco de la racine jusqu’au pointe et laisser agir au moins 3 heures. Il est possible d’ajouter de l’huile essentielle d’ylang-ylang totum (3 gouttes pour 97 gouttes d’HV de coco), qui est une formidable régénératrice capillaire. (Contre-indiquée aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes souffrant de problèmes de tension).

Pour les cheveux cassants, il nous faut agir en premier lieu sur la micro-circulation et pour cela l’huile essentielle de romarin à cinéole (sauf pour les personnes asthmatiques) est notre alliée en association avec l’huile essentielle de citron zest (à utiliser le soir car cette HE est très photosensibilisante). Il est possible de compléter ce mélange également par de l’huile essentielle d’ylang-ylang totum. On incorporera 2% de chacune de ces huiles essentielles dans de l’huile végétale de noisette (donc par exemple 2 gouttes de chaque huile essentielle pour 94 gouttes d’HV de noisette), et on prend le temps de bien masser le cuire chevelu pour ensuite répartir sur toute la chevelure. En cas d’allergie à la noisette, on peut opter pour l’huile de calophylle inophyle qui favorisent également une bonne circulation.

 

Comment soulager la peau du visage asséchée ?

 

Vous pouvez appliquer une très fine couche d’huile de coco en alternance un jour sur deux avec de l’huile végétale de jojoba. La première nourrira votre peau tandis que la deuxième agira comme protecteur cutanée et régulateur du PH ainsi que de la production de sébum.

 

Et les lèvres ?

 

Pour réparer les lèvres gercées, vous pouvez préparer une synergie à base de beurre de karité ou d’huile de coco, toutes deux véritablement salvatrices car très réhydratantes et protectrices, dans laquelle vous ajouterez 1% d’huile essentielle de lavande vraie ou de bois de rose pour leurs vertus cicatrisante et apaisante. (pas de contre-indication)

 

Comment soulager la peau sèche sur le reste du corps ?

 

Pour reconstruire un biofilm idéal pour parer aux agressions du froid et de l’humidité, vous pouvez préparer une synergie composée de 3 huiles végétales. En l’occurrence, vous pouvez combiner de l’huile de macadamia pour 2/3, avec de l’huile de jojoba et de l’huile de coco pour 1/3. Ces huiles présentent toutes les propriétés nécessaires pour parvenir au résultat escompté. Vous pouvez là encore ajouter 1% d’huile essentielle d’ylang-ylang totum, si elle ne vous est pas contre-indiquée, et si vous appréciez sa fragrance.

 

Et les mains spécifiquement ?

 

L’huile de jojoba, neutre, convient parfaitement pour réparer les mains sèches et également prévenir du dessèchement. Vous pourrez appliquer le jojoba matin et soir en ayant pris soin d’y ajouter 1 goutte d’huile essentielle de lavande vraie et 1 goutte d’HE de romarin à cinéole (pour 98 gouttes d’huile végétale). Pour les crevasses, vous pouvez appliquer 1 goutte pure d’huile essentielle de ciste directement sur la plaie 2 fois par jour et cessez dès lors que la crevasse montre des signes de cicatrisation. (Cette HE est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 6 ans et aux personnes présentant des problèmes rénaux).

 

 

 

Maman : j’ai un petit bobo!

Nous, formidables mères, avons une liste à rallonge de missions à accomplir dans une journée si bien que souvent, notre planète terre nous semble faire un tour sur elle-même en à peine quelques secondes ! Alors, lorsque nous devons faire face à des imprévus notamment concernant les enfants et leurs petits bobos, caser un rendez-vous chez le médecin, lorsque bien sûr nous parvenons à en obtenir un, relève de l’exploit !  Nous allons vous suggérer quelques remèdes, qui peuvent vous être bien utiles,  pour les cas qui ne relèvent pas de l’urgence !

Maman, j’ai mal à la gorge et j’ai mon nez qui coule !

Vous pouvez aider votre enfant à soulager ses symptômes et continuer à s’hydrater suffisamment, en lui proposant régulièrement au cours de la journée des tisanes à base de miel et de citron, ou encore de thym.

Vous pouvez en parallèle appliquer par voie cutanée la synergie d’huiles essentielles suivantes :

Pour les enfants à partir de 2 ans :1 goutte d’HE de ravintsara (si asthmatique remplacez par bois de rose ou hô) avec 1 goutte d’HE de lavande vraie diluées dans 98 gouttes d’huile végétale d’olive, nigelle ou millepertuis (si pas d’exposition au soleil ensuite pour cette dernière. A privilégier de ce fait pour l’application du soir). Appliquer 2 fois par jour sur le haut du dos, la poitrine, la face interne des poignets et le dessus des pieds pendant 2 jours.

Pour les enfants à partir de 3 ans, vous pouvez tout à fait utiliser la synergie décrite précédemment ou remplacer l’HE de ravintsara par de l’HE d’eucalyptus radié (hors asthmatiques) et diminuer la quantité d’huile végétale : la concentration d’huile essentielle peut être de 5 à 10% à cet âge. Donc 1 goutte de chaque HE avec une quarantaine de gouttes d’HV conviennent parfaitement. A appliquer pendant 2 jours 2 fois/jour.

Il ne faut pas hésiter en cas de doute, d’inquiétude ou d’aggravation des symptômes, vous devez consulter votre médecin.

Maman, j’ai mal à l’oreille !

Est-ce une otite ? Dans l’attente de faire examiner votre enfant par un professionnel de santé, vous pouvez appliquez de l’oignon tiédi (à la poêle quelques instants ou 20 secondes au micro-ondes), que vous aurez enveloppé dans un tissu fin, directement sur l’oreille pendant une vingtaine de minutes. A renouveler 2 ou 3 fois par jour.

Maman, j’ai mal au ventre !

De la même manière, en attendant de pouvoir faire ausculter votre progéniture, vous pouvez lui proposer des tisanes de thym ou de camomille. Cela aura pour effet de faciliter la digestion, diminuer les ballonnements et éventuels spasmes.  Vous pouvez également faire un massage avec de l’huile végétale de votre choix et 1 goutte d’huile essentielle de camomille noble sur le ventre de votre enfant en faisant des mouvements circulaires en partant du nombril et en agrandissant progressivement les cercles dans le sens des aiguilles d’une montre. En cas de début de gastro-entérite virale (diagnostiquée), vous pouvez ajouter 1 goutte de ravintsara lors du massage abdominal.

Dans le cas où il ne ferait aucun doute que ces douleurs résultent de contrariétés, vous pouvez mettre en diffusion de l’huile essentielles d’orange douce ou de lavande vraie dans sa chambre ou pièce de vie pendant 30 minutes (en dehors de la présence de l’enfant), ce qui aura pour effet de le détendre et de chasser son anxiété.

Maman, j’ai mal aux yeux, ça colle, ça gratte !

Dans ce cas, il s’agit peut-être d’une conjonctivite ! Pour soulager les yeux douloureux et purulents, et tenter d’enrayer la maladie, vous avez la possibilité d’essayer de traiter en nettoyant soigneusement les yeux de votre enfant à l’aide de compresses stériles imbibées de sérum physiologique, et d’appliquer ensuite, à nouveau avec des compresses, de l’hydrolat de camomille, ou du thé noir que vous aurez préalablement laissé infusé et refroidir. Répétez l’opération aussi souvent que nécessaire jusqu’à disparition des symptômes.

Maman, regarde j’ai un drôle de bouton !

Si vous observez une sorte d’excroissance de peau rugueuse, il s’agit peut-être d’une verrue. La verrue est causé par un virus, précisément le papillomavirus. Pour tenter d’exterminer ce coriace intrus, votre alliée est l’huile essentielle de ravintsara qui possède, parmi ses nombreuses propriétés, celle d’être un excellent anti-viral. Il vous suffit d’appliquer une goutte pure d’huile essentielle matin et soir jusqu’à ce que la verrue montre des signes de guérison.

Maman, ma tête me gratte !

Voilà notre cauchemar ! Les poux sont de retour ! Nous allons vous proposer une solution de traitement ainsi qu’une solution de prévention de manière à ne plus laisser l’occasion à ce charmant parasite de s’installer sur nos chères têtes blondes !

Traitement :

Le traitement curatif se déroule sur 3 jours. Cela est bien sûr un peu plus contraignant que les solutions expresses proposées en pharmacie mais bien plus respectueux de la santé de votre enfant, car totalement naturel. Vous pourrez donc mélanger 1 goutte d’huile essentielle de clou de girofle (ou de camomille noble si le cuir chevelu est très irrité), avec 1 goutte d’HE de romarin à cinéole et 1 goutte d’HE de lavande vraie dans 97 gouttes d’huile végétale de coco. L’idée est donc de mettre 1% de chaque huile essentielle dans la synergie. Il faut appliquer chaque soir sur le cuir chevelu ainsi que sur la chevelure entière et garder le mélange jusqu’au matin. L’utilisation du peigne anti-poux est recommandée car il permet d’une part de répartir la préparation uniformément mais aussi d’en retirer l’excédent. Vous pouvez shampouiner le matin avec votre shampooing habituel dans lequel vous aurez mis quelques gouttes de votre préparation.

Solution préventive :

Pour protéger votre enfant d’une éventuelle (ré)infestation, vous pouvez mélanger 5 gouttes d’HE de lavande vraie avec 1 goutte d’huile essentielle de camomille noble dans 95 gouttes d’huile végétale de macadamia, jojoba ou vanille dans un flacon pulvérisateur. Vous ajouterez ensuite de l’eau, 2/3 d’eau pour 1/3 d’huiles et vous secouerez énergiquement avant pulvérisation sur les cheveux de votre enfant le matin. Ce mélange fera double emploi : répulsif et démêlant !

Maman, j’ai mal aux pieds !

Vous pouvez masser les pieds de votre enfant avec de l’huile d’arnica et surtout lui proposer de se reposer pour essayer de le soulager. Les douleurs peuvent être liées à de la fatigue si, par exemple, votre enfant a beaucoup marché, mais il faut garder à l’esprit que ces maux peuvent avoir diverses origines, et qu’il est important de faire pratiquer un examen par votre médecin traitant, qui lui seul, pourra poser un diagnostic.

Maman, ma peau est toute sèche !

La peau peut parfois être agressée et présenter des sécheresses, notamment en hiver. N’hésitez pas à appliquer de l’huile végétale de coco sur les zones concernées le soir au coucher. L’huile de coco est très nourrissante et hydratante. Elle est assez grasse et est à pénétration lente, voilà pourquoi il est préférable de l’utiliser le soir. Vous pourrez alterner 1 jour sur 2 avec de l’huile végétale de jojoba, très neutre quant à elle, et qui est idéale pour rééquilibrer le Ph cutané et réguler la production de sébum.

être prêt pour l'hiver

L’hiver est là! Etes-vous prêt?

Prêt pour affronter l’hiver ?

Même si le calendrier nous assure le contraire, le thermomètre lui en est témoin, l’hiver est bel et bien là ! Alors pour affronter le passage à la rude saison, quelques petits conseils sont de rigueur.

Manger sain

Il est capital de manger varié et équilibré de manière à maintenir la vitalité du corps. Multiplier les sources de nutriments permet de couvrir les besoins de l’organisme dans l’objectif d’assurer un fonctionnement optimal de ce dernier et notamment du système immunitaire, mis à l’épreuve de manière plus significative pendant la saison hivernale. Pour savoir comment bien manger il est important d’écouter son corps d’une part, mais il faut réapprendre à manger ce que la nature nous offre à chaque période de l’année. Nous nous sommes tellement habitués au privilège de pouvoir nous substanter de toutes sortes de nourriture n’importe quand que nous en sommes venus à ne plus connaître les fruits et légumes de saison. Pourtant le secret est bien là pour être au mieux de sa forme, il faut manger de saison car rien n’est plus adapté! En été, les récoltes sont faites d’aliments légers et gorgés d’eau pour nous hydrater au mieux, tandis que l’hiver les carottes, pommes de terre, poireaux et agrumes sont infiniment riches en minéraux et vitamines pour combler nos besoins. En outre, les végétaux de saison débordent d’antioxydants. En prenant soin de respecter le calendrier du primeur, vous en aurez en plus pour votre porte-monnaie mais aussi vos papilles !

Prendre soin de son sommeil

Dormir est essentiel. Vital. Notre système immunitaire œuvre sans relâche pour éliminer les agents pathogènes qui s’introduisent dans notre organisme via notre nourriture, l’air que nous respirons et notre peau. Nous avons d’autant plus besoin de sommeil en hiver que les attaquent microbiennes se multiplient. Pour que nos défenses fonctionnent de manière optimal et afin de maintenir l’équilibre homéostasique, le sommeil se rélève donc indispensable. En effet, c’est le moment où nos cellules se reposent elles aussi, les équipes se relayent et en profitent pour nettoyer notre corps, débarrasser nos fluides de ses déchets. Notre cerveau, lorsque nous dormons, procède un peu à l’image d’un ordinateur, à des mises à jour.

  • Il faut alors faire en sorte de dormir suffisamment pour se sentir en forme au réveil.
  • Lorsque l’alarme retentit car le temps de se réveiller est venu, il ne faut pas se rendormir et mettre la sonnerie sur répétition, mais se lever immédiatement quitte à mettre intentionnellement le réveil à distance pour ne pas avoir d’autre choix que de quitter le lit ! Dans le cas contraire, un nouveau cycle de sommeil est entamé et brisé quelques instants plus tard par le rappel d’alarme ce qui a pour conséquence de désorienter le cerveau et le corps, et de nous laisser dans un état de somnolence persistant.
  • L’idéal est de s’endormir sur des pensées légères et positives dans la mesure du possible.
  • Faire une courte de sieste de 15 ou 20 minutes dans la journée ou à minima s’accorder ce laps de temps pour se reposer, se relaxez, faire le vide.

Les plantes sont nos alliées

Pour se défendre contre les bactéries et microbes, on peut appliquer une goutte pure d’huile essentielle de ravintsara sur l’intérieur des poignets ou la plante des pieds chaque jour. (pas de contre-indications sauf pour les personnes asthmatiques)

Pour assainir l’air, on peut utiliser l’HE de citron zest en diffusion dans les pièces de vie. (pas de contre-indications sauf hors de la présence de jeunes enfants)

Pour aider à réduire la fatigue liée au changement de saison, et stimuler les défenses immunitaires, il est possible de faire des cures :

  • De Ginseng : en extrait sec (200 à 400 mg par jour) ou en poudre (1 à 2 grammes par jour) pendant 3 mois.
  • D’Eleuthérocoque : en extrait sec (200 à 400 mg par jour) ou en poudre (1 à 2 grammes par jour) en cure d’un à trois mois.
  • De Maca : en poudre de tubercules séchés (500 mg 2 à 3 fois par jour) pendant 1 à 3 mois.

Utiliser le code GUAYAPIFEUILLESDESOINS#1 sur le site ci-après